Morphologie du conte

[Extrait]

II

Méthode et matière


J’étais absolument convaincu qu’un type général fondé sur des transformations passe par tous les êtres organiques et qu’on peut facilement l’observer dans toutes ses parties sur quelque coupe moyenne. GOETHE.

Nous tenterons d’abord de définir notre tâche.

Comme nous l’avons déjà noté dans notre préface, cet ouvrage est consacré aux contes merveilleux. L’existence des contes merveilleux en tant que catégorie particulière sera admise comme une hypothèse de travail indispensable. Par contes merveilleux, nous entendons ceux qui sont classés dans l’index d’Aarne et Thompson sous les numéros 300 à 749. Cette définition préliminaire est artificielle, mais l’occasion se présentera par la suite d’en donner une qui soit plus précise; nous la tirerons des conclusions auxquelles nous aurons abouti. Nous entreprendrons de comparer entre eux les sujets de ces contes. Pour cela, nous isolerons d’abord les parties constitutives des contes merveilleux en suivant des méthodes particulières (cf. ci-dessous), puis nous comparerons les contes selon leurs parties constitutives. Le résultat de ce travail sera une morphologie, c’est-à-dire une description des contes selon leurs parties constitutives et des rapports de ces parties entre elles et avec l’ensemble.

Quelles sont les méthodes qui permettent d’effectuer une description exacte des contes?

Comparons entre eux les cas suivants :

1. Le roi donne un aigle à un brave. L’aigle emporte le brave dans un autre royaume (171).

2. Le grand-père donne un cheval à Soutchenko. Le cheval emporte Soutchenko dans un autre royaume (132).

3. Un magicien donne une barque à Ivan. La barque emporte Ivan dans un autre royaume (138).

4. La reine donne un anneau à Ivan. De vigoureux gaillards sortis de l’anneau emportent Ivan dans un autre royaume (156), etc.

On trouve dans les cas cités des valeurs constantes et des valeurs variables. Ce qui change, ce sont les noms (et en même temps les attributs) des personnages; ce qui ne change pas, ce sont leurs actions, ou leurs fonctions. On peut en conclure que le conte prête souvent les mêmes actions à des personnages différents. C’est ce qui nous permet d’étudier les contes à partir des fonctions des personnages.

Nous devrons déterminer dans quelle mesure ces fonctions représentent effectivement les valeurs constantes, répétées, du conte. Tous les autres problèmes dépendront de la réponse à cette première question : combien de fonctions le conte comprend-il?

L’étude montre que les fonctions se répètent d’une manière stupéfiante. C’est ainsi que pour mettre à l’épreuve et récompenser la belle-fille, nous rencontrons aussi bien Baba Yaga que Morozko, l’ours, le sylvain ou la tête de jument. En poursuivant ces recherches, on peut établir que les personnages des contes, si différents soient-ils, accomplissent souvent les mêmes actions. Le moyen lui-même, par lequel une fonction se réalise, peut changer : il s’agit d’une valeur variable. Morozko agit autrement que Baba Yaga. Mais la fonction en tant que telle est une valeur constante. Dans l’étude du conte, la question de savoir ce que font les personnages est seule importante; qui fait quelque chose et comment il le fait, sont des questions qui ne se posent qu’accessoirement.

Les fonctions des personnages représentent ces parties constitutives qui peuvent remplacer les motifs de Veselovski ou les éléments de Bédier. Notons que la répétition des fonctions par des exécutants différents a été remarquée depuis longtemps par les historiens des religions dans les mythes et les croyances, mais ne l’a pas été par les historiens du conte. Ainsi que les caractères et les fonctions des dieux se déplacent des uns aux autres et passent même, finalement, aux saints chrétiens, les fonctions de certains personnages des contes passent à d’autres personnages. Nous pouvons dire en anticipant que les fonctions sont extrêmement peu nombreuses, alors que les personnages sont extrêmement nombreux. C’est ce qui explique le double aspect du conte merveilleux : d’une part, son extraordinaire diversité, son pittoresque haut en couleur, et d’autre part, son uniformité non moins extraordinaire, sa monotonie.

Les fonctions des personnages représentent donc les parties fondamentales du conte, et c’est elles que nous devons d’abord isoler.

Pour cela il faut définir les fonctions. Cette définition doit être le résultat de deux préoccupations. Tout d’abord, elle ne doit jamais tenir compte du personnage-exécutant. Dans le plus grand nombre des cas, elle sera désignée par un substantif exprimant l’action (interdiction, interrogation, fuite, etc.). Ensuite, l’action ne peut être définie en dehors de sa situation dans le cours du récit. On doit tenir compte de la signification que possède une fonction donnée dans le déroulement de l’intrigue.

Si Ivan se marie avec la princesse, il s’agit de tout autre chose que si le père se marie avec une veuve mère de deux filles. Autre exemple : dans un premier cas, le héros reçoit cent roubles de son père et, par la suite, s’achète un chat devin avec cet argent; dans un autre cas, le héros reçoit de l’argent pour le récompenser du haut fait qu’il vient d’accomplir, et le conte s’achève là-dessus. Nous nous trouvons, malgré l’identité de l’action (un don d’argent), devant des éléments morphologiquement différents. Nous voyons donc que des actes identiques peuvent avoir des significations différentes, et inversement. Par fonction, nous entendons l’action d’un personnage, définie du point de vue de sa signification dans le déroulement de l’intrigue.

Les observations présentées peuvent être brièvement formulées de la manière suivante :

1. Les éléments constants, permanents, du conte sont les fonctions des personnages, quels que soient ces personnages et quelle que soit la manière dont ces fonctions sont remplies. Les fonctions sont les parties constitutives fondamentales du conte.

2. Le nombre des fonctions que comprend le conte merveilleux est limité.

Vladimir Propp

Extrait de Morphologie du conte

Traductions de Marguerite Derrida, Tzvetan Todorov et Claude Kahn

Editions du Seuil, collection Poétique


Publié par : incipit_fr
Étiquettes : ,
Previous post
Next post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *